Les chiffres du divorce en France


 

Nombre de divorces en France, taux de divorce français

Quels sont les chiffres du divorce en France ?

divorce france chiffresCombien y a t'il de divorces en France ?

En moyenne, on évalue ce nombre à environ 120 000 divorces par an sur le territoire français, 90 000 devant le juge depuis 2017.

Depuis la fin des années 90, il y a eu un bond du nombre de séparations en France tous types d’unions confondus. D’environ 150 000 à la fin du 20ème siècle, nous sommes passés à plus de 260 000 séparations de couples par an ces dernières années.

Quand on y regarde de plus près, on constate qu’environ 46% des mariages se terminent par un divorce.

Plus de la moitié des procédures de divorce se font par consentement mutuel au détriment des procédures conflictuelles et notamment le divorce pour faute qui concerne de nos jours moins de 10% des divorces.

Le taux de divortialité, c’est-à-dire le rapport du nombre de divorces prononcés au nombre de mariages actés dans l’année, est d’environ 1,9% en France. Il faut nuancer ce chiffre puisqu’on constate depuis plusieurs années une baisse du nombre de mariages dans notre pays. En effet, le nombre de mariages est « historiquement faible » (INSEE 2016) en dépit d’une légère augmentation entre 2016 et 2017 (233 000 mariages).

Les spécialistes expliquent notamment cette baisse du fait de l’engouement pour le PACS et l’union libre (186 000 PACS en 2017 par exemple).

Pour avoir une vision plus claire de la situation réelle des séparations en France, il faudrait coupler les chiffres de la dissolution de PACS avec ceux du divorce et les comparer au nombre de mariages et de PACS par an. Ces chiffres ne sont pas encore disponibles et il est donc difficile de faire un bilan.

Ce qui est en revanche chiffré par l’INSEE et consorts, c’est que ces séparations portent à plus de 8% le nombre de familles recomposées en France, quasiment 1,7 millions d’enfants sont concernés, un nombre qui donne le vertige !

Autre chiffre clé, près de 18% des enfants de moins de 25 ans vivent de nos jours dans une famille monoparentale (contre moins de 8% en 1970).

Plus anecdotique mais néanmoins intéressant, on note que les régions où l’on divorce le plus sont la région parisienne, la PACA, l’Hérault et certains départements du Nord du Pays. En revanche, les zones où l’on divorce le moins sont plus rurales, la Bretagne, la Basse Normandie, le Cantal et la Lozère, championne en matière de longévité du couple !

Selon les études les plus récentes, le taux de divortialité explose dans les grandes villes. Paris en tête bien sûr mais on peut aussi citer Marseille, Nice, Montpellier ou Lille.

Les caractéristiques du divorce en France

En moyenne, les hommes divorcent autour de 42 ans contre 44 ans chez les femmes.

La durée moyenne du mariage oscille autour de 15 années et certains experts s’accordent pour dire que c’est après 5 années de mariage que le risque de divorce est le plus élevé.

A contrario, il est prouvé que plus le mariage dure, moins il a de chances de se solder par un divorce, ce qui semble assez logique.

Le nombre de divorces prononcés par un juge a tendance à fortement baisser depuis l’entrée en vigueur de la procédure de divorce sans juge en 2017. Il est à présent possible de divorcer devant un notaire avec deux avocats et sans recourir à un tribunal. Pour en savoir plus, consultez notre dossier à ce sujet en cliquant sur ce lien.

Une étude récente faisant le bilan de l’évolution des divorces par consentement mutuel évalue à plus de 85% le nombre de personnes satisfaites d’avoir choisi le divorce amiable, c'est dire si ça mérite d'être tenté !

La procédure de divorce pour faute est au contraire de moins en moins utilisée par les couples (moins de 10% ces dernières années) du fait de sa lenteur et de son coût qui peut parfois atteindre des sommets. Il faut dire aussi que les moeurs ont largement évolué...

Qui est à l’initiative du divorce et quelles en sont les principales causes ?

Il y a quelques dizaines d’années, les hommes avaient le quasi « monopole » de la décision de divorcer en France, c’est majoritairement eux qui entamaient les démarches. La situation s’est totalement inversée puisque les femmes sont aujourd’hui à l’initiative de plus de 75% des divorces. Cela signifie que c'est l'épouse qui prend la décision de divorcer dans les 3/4 des situations de séparation.

L’une des raisons les plus souvent invoquées pour expliquer ce retournement de situation est que les femmes travaillaient beaucoup moins dans les précédentes générations et elles étaient donc plus dépendantes de leur mari. Selon une étude INSEE de 2016, plus de 80% des femmes entre 25 et 49 ans sont des femmes actives et si on prend la population globale, plus de 60% des femmes entre 15 et 64 ans travaillent.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes et on constate en effet que quasiment 70% des femmes qui divorcent exercent une activité professionnelle. Il est aussi intéressant de signaler que près de 75% des divorces conflictuels (faisant l’objet d’une procédure contentieuse) sont instruits par les femmes.

La décision de divorcer fait souvent suite à la découverte d'une relation extra-conjugale et c'est pourquoi il convient de relativiser ces chiffres puisque c'est par réaction à un adultère que de nombreuses femmes se décident à demander le divorce. Par procuration, l'homme est donc encore très souvent à l'origine de la rupture. Cela dit, des études démontrent que de plus en plus de femmes ont des aventures hors mariage et on constate une augmentation du nombre de divorces pour faute engagés par des époux trompés.

 

Les principales causes du divorce en France (et dans la plupart des pays développés).

les raisons du divorce Parmi les raisons les plus fréquemment citées et quantifiées dans les études réalisées à ce sujet, on peut lister notamment les suivantes ;

  • L’infidélité au premier rang des causes de divorce, plus d’un tiers des procédures sont initiées après l’aveu ou la découverte d’un adultère ;
  • Le manque de complicité ou l’égoïsme du conjoint est cité dans plus de 20% des cas de divorce ;
  • L’incompatibilité de caractère et les désaccords sur les fondamentaux de la vie commune (éducation des enfants, gestion du quotidien, jalousie…) sont à l’origine de plus de 15% des séparations ;
  • L’argent (rapport aux dépenses, disparité de revenus, dettes…), le travail (surmenage, perte d’emploi, précarité…) expliquent près de 10% des décisions de rompre ;
  • Les beaux-parents, la belle famille, les amis trop envahissants sont aussi fréquemment avancés comme les raisons d’un divorce ;
  • L’addiction (drogue, alcool, jeux…), la passion pour une activité dévorante, la manipulation ou l’obsession du contrôle sont parmi les autres causes souvent exprimées par les couples qui divorcent.

On en déduit donc qu'en dépit de la banalisation de l'adultère, la fidélité reste un des fondements du couple qui dure. Autre ciment des couples qui survivent, la complicité ! Les chiffres sont sans appel et un ménage qui tient est surtout basé sur l'équilibre de la relation. On s'en doutait mais la communication est donc primordiale pour espérer un mariage solide.

Parmi les nombreux couples que nous avons accompagnés ces dernières années, il était fréquent que le désamour soit né d'un manque d'investissement de l'un des deux conjoints dans la gestion du quotidien et des enfants. Autres raisons souvent invoquées, l'irascibilité, la paresse, la jalousie, la manipulation et.... le manque d'hygiène ! Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette dernière raison est régulièrement citée, à croire que le mariage nous éloigne de la salle de bains ...

Quelles que soient les raisons qui provoquent le divorce d'un couple marié, nous pensons que toute histoire mérite une belle fin !

Sur notre site, nous vous proposons des conseils et des bonnes pratiques afin que vous puissiez mettre toutes les chances de votre côté pour vous séparer sereinement et à moindres frais. Accédez à tous les avantages de notre service gratuit en créant votre espace personnel en ligne et faites confiance à nos partenaires pour vous aider avec efficacité et implication.