Divorce, séparation, quand l'infidélité fait tout basculer


"Ma femme me trompe", "mon mari me trompe"... Voilà qui semble sonner le glas d'un couple même s'il arrive que certains s'en remettent et pardonnent à leur compagnon ou à leur compagne. Subir un adultère, une infidélité, c'est toujpurs une épreuve.

Même si cette situation peut sembler banale de nos jours, elle n'est jamais anodine pour celui ou celle qui y est confronté(e) et qui en souffre parfois de façon dramatique et durable. Découvrir ou apprendre qu'on est trompé est un cataclysme, même quand on s'y attendait, même si le couple allait mal depuis longtemps. Rien ne prépare à cette trahison et il faut reconnaître que c'est parfois le début d'une descente aux enfers qui peut s'éterniser et conduire à la dépression. Aussi profonde soit la traîtrise, on peut s'en sortir et se reconstruire après, qu'on passe ou non par la case rupture.

Adultère, infidélité, tromperie, première cause de rupture du couple

Quand on considère tous les types d'unions (mariage, Pacs, union libre ou concubinage), la séparation ou le divorce concerne plus de 300 000 couples par an, soit 600k personnes qui traversent cette épreuve chaque année en France (sans compter les jeunes ménages qui n'ont pas une relation de longue date).

Sur ces dizaines de milliers de couples, combien se quittent dans un contexte d'infidélité ? Difficile de répondre à cette question mais les spécialistes estiment que quasiment une séparation sur deux est initiée à la suite d'un constat de tromperie. Il y a celles et ceux qui avouent mais la plupart des ruptures font suite à la découverte par celui qui est trompé de l'infidélité de l'autre.

Outre le choc induit par ce constat, les circonstances de la séparation ou du divorce sont souvent très assombries du fait de cette "trahison" qui va générer et intensifier des tensions et des conflits dans le déroulement de la rupture.

Au stade du traumatisme ressenti au moment on l'on découvre ce qui se trame, il faut distinguer deux cas de figure. D'un côté, apprendre qu'on est "cocu(e)" par hasard et bien malgrè l'autre et de l'autre côté, se retrouver face à son partenaire qui avoue la vérité. 

 

Avouer son infidélité à l'autre, la carte de l'honnêteté

Dans le cadre de nos accompagnements, nous avons eu des exemples d'époux ou partenaires ayant fait le choix d'avouer leur relation extra-conjugale ou aventure avec un(e) autre.

Se montrer honnête avec sa compagne ou son compagnon est toujours une bonne chose mais ça ne signifie pas que tout se passera dans le calme et la compréhension mutuelle pour autant. On imagine en effet aisément qu'il ne suffit pas d'avouer à l'autre son infidélité pour que ce dernier passe l'éponge ou se montre de bonne composition pour la suite.

Cela dit, les thérapeutes avec lesquels nous travaillons régulièrement s'accordent pour dire que le pire scénario est celui de la découverte fortuite d'une infidélité ou d'un adultère. Se retrouver face à la maîtresse ou à l'amant, apprendre par une tierce personne qu'on est trompé, c'est toujours un choc colossal et ça aura incontestablement des effets sur la suite des évènements.

En revanche, celui ou celle qui rencontre quelqu'un d'autre et qui décide de dire la vérité favorisera un climat de confiance même si cet aveu sera source de souffrances. Pour illustrer ce propos, nous remercions William pour le témoignage qui suit;

"J'ai rencontré mon épouse très jeune, nous avions respectivement 16 et 17 ans, nous sommes tombés très amoureux et avons vécu ensemble dès notre majorité. Même si ça n'excuse rien, je n'avais pas connu d'autres femmes avant elle. Après 15 ans de vie commune, j'ai senti des prémices de lassitude.

En 2017, j'ai rencontré une personne dans le cadre de mon travail (le grand classique), j'ai tout de suite eu de l'attirance pour cette collègue avec laquelle je partageais un bureau et que je devais former à nos outils informatiques. De fil en aiguille, nous sommes tombés amoureux, elle n'était pas mariée mais avait un compagnon depuis 4 ans et ils envisageait d'avoir un enfant. De mon côté, j'ai deux fils qui avaient 8 et 10 ans à l'époque.

Les premières semaines de cette relation adultère, j'étais dépassé par ce qui m'arrivait et j'en garde le souvenir de montagnes russes. J'étais entre l'intensité de ce que je ressentais pour cette femme et la profonde culpabilité qui me hantait en rentrant chez moi. Mon épouse a toujours eu une confiance totale en moi et sans doute aussi en notre couple, je m'en voulais de la tromper mais aussi de lui mentir et d'inventer des histoires à dormir debout pour rejoindre ma maîtresse. Au bout de quelques semaines, je n'y tenais plus, il fallait que ça sorte, il fallait qu'elle sache la vérité, le besoin de me libérer devenait insoutenable.

J'ai pris mon courage à deux mains et un soir, une fois que les enfants étaient couchés, j'ai décidé de tout lui avouer. Je me suis assis face à elle dans notre lit et j'ai bafouillé avant de fondre en larmes avec elle. Il aurait pu y avoir des cris, des mots durs, des insultes et des reproches mais elle n'a rien fait de tout ça, elle était effondrée, elle pleurait dans mes bras. Sur le coup, j'aurais presque préféré qu'elle explose parce que je me sentais monstrueux de la consoler alors que j'étais le responsable.

Nous avons discuté longtemps, elle voulait connaître toute la vérité, elle était surtout dévastée de voir que j'avais des sentiments pour cette autre personne. J'ai fini par aller dormir sur le canapé et dès le lendemain, elle me demandait calmement de quitter le domicile et de ne revenir qu'une fois que je serai fixé quant à ma décision. Je suis donc parti, j'ai d'abord été vivre chez un de mes frères qui habitait la même ville que nous. Cette nouvelle a eu l'effet d'une bombe dans mon entourage, tous mes proches ont tenté de me raisonner. J'ai continué à voir ma maîtresse, je ne pouvais pas faire autrement puisque nous étions au quotidien dans les mêmes locaux. Elle avait choisi d'attendre pour l'annoncer à son conjoint, j'imagine qu'elle voulait s'assurer que j'étais sérieux dans ma démarche et réellement amoureux d'elle.

Les semaines qui ont suivi ont été franchement dures, mes fils me manquaient et mon épouse refusait de me parler, elle avait besoin de temps. J'ai respecté son souhait, j'allais chercher mes enfants à l'école et je profitais d'eux autant que possible avant son retour du travail. Nous avons convenu peu après de nous séparer à l'amiable, un divorce par consentement mutuel pour aller plus vite et dépenser moins d'honoraires d'avocats. Elle voulait que j'initie les démarches puisque c'était moi qui avait choisi de la tromper, j'ai compris sa demande et j'ai fait appel à onsesepare.com pour nous aider dans tout ce qu'il y avait à mettre en place. Il a fallu quelques mois pour que le divorce soit officiel parce que nous avions une maison en commun et quelques dettes à solder. Mon ex femme a racheté notre maison, c'était important pour nous que nos enfants puissent rester chez eux et même si j'ai sans doute perdu des plumes au passage.

Si je témoigne ici à la demande de notre chère assistante personnelle OSS, c'est parce que mon ex-femme n'a eu de cesse de me répéter que si elle avait découvert mon adultère elle-même, elle aurait sûrement tout mis en oeuvre pour que le divorce soit venimeux. Je peux comprendre ça, il y a une différence qui tient à la franchise. Mentir pendant des mois pour cacher une relation ou une aventure, c'est s'assurer de perdre tout respect dans les yeux de l'autre. Je n'ai pas voulu ça et je sais aujourd'hui que j'ai eu raison de faire confiance à la mère de mes enfants. Elle ne me pardonnera sûrement pas totalement mais je sais qu'elle a encore confiance en moi et qu'il n'y a pas de haine entre nous. J'ai l'exemple d'un bon ami qui a caché sa double vie pendant près de 18 mois et il est encore aujourd'hui en instance de divorce pour faute, ça fait deux ans que cela dure, il ne voit quasiment plus sa fille et il ne peut faire aucun projet personnel. Je le plains et je sais qu'il regrette de ne pas s'être montré franc dès le départ, il paie cher ses mensonges. "

L'adultère, l'infidélité découverte de façon fortuite

Apprendre ou constater accidentellement qu'on a été trompé par son ou sa conjointe, c'est l'apocalypse dans la plupart des cas. Une infidélité comme cause de rupture va tisser une toile de fond particulièrement risquée et fragile pour mener à bien sa séparation. La trahison ressentie par l'autre va biaiser tout ce qui suivra, les échanges seront irrémédiablement tendus et les terrains d'entente difficiles à trouver.

Aux sentiments d'abandon et de tristesse vont généralement se succéder des accès de rancoeur et parfois même de rage, commence alors une guerre ouverte où seule compte la vengeance. Dans nos accompagnements, il est rare que nous croisions des conjoints opposés sur tout mais pour avoir souvent évoqué le sujet avec nos partenaires avocats, on constate que les divorces les plus belliqueux et agressifs tiennent leur source dans un adultère.

On peut aussi souligner ici que si les divorces sont majoritairement décidés par les femmes (+ de 75%), cette décision de rompre est souvent prise par procuration à la suite de la découverte d'une aventure extra-conjugale de la part du mari. Attention, cela ne signifie pas que l'adultère est exclusivement le fait des hommes, les femmes trompent aussi leurs époux mais elles sont statistiquement moins enclines à faire perdurer une relation hors mariage.

Pour faire écho à ces constatations, le témoignage de Sophie nous semble avoir sa place ici.

"Je m'appelle Sophie, j'ai 44 ans, je suis maman d'un adolescent de 14 ans et je suis divorcée depuis deux ans. J'ai pris la décision de demander le divorce quand j'ai découvert que mon mari me trompait depuis plus d'un an avec une femme de notre entourage. Il était infidèle et je n'avais rien vu alors que ça se passait quasiment sous mes yeux puisque sa maîtresse vivait à deux pas de chez nous, dans les immeubles du bout de la rue et nous la croisions souvent chez des amis communs du quartier. Certaines de mes copines disent que j'aurais pu m'en douter puisqu'elle faisait tout pour attirer l'attention des hommes depuis son divorce. A vrai dire, je n'ai rien vu venir parce que j'avais toute confiance en mon époux et je pensais qu'il était heureux avec moi et notre fils.

Je veux bien reconnaître que nous étions moins complices depuis quelques années mais il n'y avait rien qui justifiait qu'il me trompe. En plus, je pensais qu'il était incapable de mener une double vie et de trahir ses promesses. Je me suis trompée, c'est le cas de le dire. Un soir, nous nous sommes disputés au sujet d'une facture que j'avais oubliée de payer et qui avait été majorée, on s'est énervé et il a claqué la porte pour faire un tour. Au bout d'une heure, il ne revenait pas et ça m'inquiétait alors j'ai tenté de le joindre sur son portable. Au troisième appel sans réponse, c'est mon fils qui m'a descendu son portable, il l'avait laissé dans son bureau. En posant son téléphone, j'ai vu qu'il y avait 3 appels en absence d'un autre numéro mais aussi des notifications portant simplement des initiales, K.M. Loin de me douter que c'était le K de Karine, j'ai ouvert les messages un peu machinalement.

Je me souviendrai toute ma vie de ce moment, toute ma vie. Il m'a fallu quelques secondes à peine pour comprendre, les sms étaient explicites, il y avait même des photos d'elle, dénudée. Moi qui n'avais jamais eu l'audace de fouiller dans les affaires de mon époux, je me suis empressée de tout regarder et je suis littéralement tombée de haut. Les échanges entre eux remontaient à plus d'une année, ils avaient commencé à se fréquenter à l'Automne et nous n'étions pas loin de Noël l'année suivante. Plus je regardais les pages défiler, plus j'avais envie de vomir. Quand il est revenu de sa promenade, sans doute autour de chez elle, il a de suite compris que je savais. Il a vu mon visage horrifié devant l'écran de son portable, je n'avais même pas eu envie de le cacher en entendant la porte s'ouvrir.

Il a commencé par me dire de me calmer, qu'il fallait qu'on discute, que ce n'était pas ce que je croyais, quelle honte ! J'ai hurlé, je l'ai frappé jusqu'à ce que mon fils vienne nous séparer en pleurant, j'étais sous le choc et je lui ai demandé de partir. Quelques minutes plus tard, il était dans sa voiture et il n'a plus jamais repassé la porte de notre maison qui a été vendue depuis.

Sincèrement, je ne souhaite à personne de vivre une pareille chose. Rien, aucun mot ne peut décrire la douleur de cet instant, le monde s'écroule sous vos pieds. Je me sentais salie, humiliée, totalement paniquée à l'idée de vivre dans la solitude et dégoûtée de lui et de ce qu'il me faisait endurer. Mon garçon a fait ce qu'il a pu pour me soutenir mais c'était aussi très dur pour lui car il avait une relation de qualité avec son père. Il a refusé de lui parler quelques semaines mais j'ai insisté ensuite pour qu'il s'explique avec lui et tente de lui pardonner. De mon côté, j'ai pris le taurreau par les cornes (c'est le cas de le dire) et je me suis lancée dans une procédure de divorce que je voulais sanglante. Sur les conseils d'une cousine, j'ai pris une avocate dont je savais qu'elle serait intransigeante et déterminée. J'ai réuni des preuves et lancé une procédure de divorce pour faute, j'entendais bien lui faire payer ce que je subissais.

Au départ, il a fait preuve de patience, sans doute la culpabilité le rongeait-il un peu. Assez vite pourtant, il s'est montré de plus en plus agressif et regardant, il a changé d'avocat et nous avons dépensé des fortunes d'honoraires pour régler nos comptes. J'ai obtenu un divorce à ses torts exclusifs mais ce n'est pas ça qui a remboursé les sommes engagées et le temps perdu. Il m'a fallu un an pour reprendre le dessus, je passais de la déprime à l'envie de me battre. Notre fils a aussi beaucoup souffert de nos difficultés, il a redoublé, il s'est isolé de ses copains et j'ai été obligée de lui faire consulter un thérapeute pour qu'il revienne dans le droit chemin.

Je témoigne parce que je veux dire que même si je ne regrette pas de m'être battue pour obtenir du juge qu'il prononce le divorce aux torts de Monsieur, je pense que j'ai souffert encore plus et encore plus longtemps du fait de cette procédure interminable et épuisante. Si seulement il m'avait avoué entretenir une liaison avec cette maîtresse, si seulement il avait eu le courage de ses actes, sans doute aurions-nous pu éviter que cela se termine aussi mal. Je ne dis pas que j'aurais pardonné mais je suis certaine que s'il avait fait preuve d'honnêteté, nous serions parvenus à rompre sans que ce soit un tel combat. Si vous trompez votre femme, dites-lui avant qu'elle ne le découvre par elle-même."

A la lecture du témoignage de Sophie, on devine encore l'amertume qu'elle ressent et ça montre à quel point la trahison liée à une infidélité peut avoir des conséquences durables et destructrices.

Si vous êtes dans la situation de celui ou celle qui est infidèle, posez-vous la question de savoir comment réagirait votre compagne ou votre compagnon s'il apprenait par hasard votre aventure. Faites preuve d'empathie et essayez d'être honnête avec vous-même, personne ne peut durablement espérer mener un double jeu sans être découvert. Si vous avez un amant ou une maîtresse, c'est forcément qu'il y a un souci dans votre couple. Est ce que vous pouvez tenter de sauver votre histoire ou au contraire, est-elle vouée à se terminer ? Vous êtes seul(e) à pouvoir décider de ce qui est le mieux pour vous mais une chose est sûre, le respect mutuel est la base de tout, il faut donc vous résoudre à plus de transparence.

Si vous êtes celui ou celle qui a été trompé(e), si vous ne savez pas par quel bout commencer et que vous vous sentez totalement démuni(e) face à cette dure épreuve, il ne faut pas hésiter à vous faire aider. Vos amis, votre famille, votre entourage, tous sont des piliers sur lesquels vous ressourcer en attendant d'y voir plus clair. Parellèlement, il est conseillé de recourir à un accompagnement thérapeutique afin de gagner du temps sur le deuil de votre histoire en pareilles circonstances. N'hésitez pas à vous faire aider moralement par un professionnel qualifié.

Vous pouvez bien entendu faire appel à nos services afin d'avancer sur les changements à mettre en oeuvre (relogement, déménagement, mise à jour administrative....). Nos missions sont nombreuses et nous pensons que pour bien préparer sa séparation, il faut avoir une approche globale, pas seulement juridique.

Sur les questions de droit, nous avons une solution pour limiter les frais. Plutôt que de vous ruiner en honoraires, nous proposons un service unique qui vous permet d'échanger directement avec des avocats spécialisés chaque fois que vous en aurez besoin pour à peine 10€ par mois. C'est notre partenaire Call a lawyer qui propose ce forfait d'appels illimités avec des cabinets partout en France pour 72€ ttc les 7 mois. Retrouvez cette offre exclusive en suivant ce lien.

Nous avons créé ce partenariat pour permettre à nos utilisateurs d'avoir différents points de vue et stratégies. Il est essentiel que vous restiez aux commandes de votre séparation, c'est vous qui devez choisir le type de procédure qui répond le mieux à vos attentes et à vos revendications.

En tout état de cause, rappelons-le encore ici, pensez à vos enfants ! Rien ne compte plus pour eux que la qualité de la relation de coparentalité qui perdurera entre vous une fois la séparation effective. C'est un peu la même chose en ce qui vous concerne, pouvoir entretenir un lien respectueux avec le père ou la mère de vos petits est un atout pour l'avenir. On déplore si souvent ensuite l'impossibilité de pouvoir composer avec l'autre parent alors que ça faciliterait le quotidien de tout le monde.

Quelles sont les raisons qui poussent à l'infidélité dans un couple ?

L'adultère pose systématiquement la question de son origine. Pourquoi il ou elle me trompe, qu'est ce qui l'a poussé à devenir infidèle ?

Ces légitimes questions hantent l'esprit de celles et ceux qui sont confronté(e)s à l'infidélité de leur partenaire. On se torture parfois des mois ou des années pour comprendre ce qui s'est passé, comment on aurait pu l'éviter, ce qui a conduit à la tromperie.

Complexe de donner une liste exhaustive des causes d'une relation extra-conjugale, chaque couple est unique et chaque histoire aura donc ses propres freins, ses propres difficultés. Cela dit, il ressort des études sur cette question de l'adultère qu'hommes et femmes ne sont pas égaux face à ce qui les pousse à transiger avec leurs engagements.

Femme et infidélité

La tranche d'âge moyenne des femmes infidèles se situe de 30 à 45 ans. On s'en doute, c'est une période où la femme est souvent plus sûre d'elle, plus indépendante professionnellement et cela coïncide avec des durées de mariage autour de 10 années. A cette phase de sa vie, une femme est généralement devenue maman (pour celles qui le souhaitaient) et elle voit ses enfants grandir, s'éloigner. Le couple a déjà de nombreuses années de vie commune, il est fréquent que la complicité s'estompe et le quotidien prend pour certains des airs de sacerdoce.

En 2008, Nathalie BAJOS et Michel BOZON ont publié un livre aux Editions La Découverte intitulé "Enquête sur la sexualité en France". Grâce à l'énorme travail d'investigation qu'ils ont entrepris, on apprend notamment que 34% des hommes ont eu au moins une aventure extra-conjugale contre près de 25% des femmes. Si un écart persiste, il a fortement diminué et c'est ce que nous continuons à constater régulièrement ces 15 dernières années. Sans doute que cela explique aussi une partie de la hausse constante du nombre de divorces.

Dans un sondage récent auprès de femmes ayant été infidèles, plus de 80% d'entre elles prétendaient avoir pris un amant pour "sauver leur couple". Drôle d'idée diront les plus perplexes mais les spécialistes y voient plutôt une forme d'honnêteté de la part des sondées. Parmi ces femmes, beaucoup défendent leur position en précisant que c'était pour elle le seul moyen de rester en couple avec un conjoint qui ne les satisfaisait plus. Assumer une aventure extra-conjugale n'est plus le monopole des hommes même si le tabou n'est pas encore pleinement levé.

Cela dit, une épouse ou concubine qui choisit de tromper son partenaire est statistiquement plus encline à mettre fin à son histoire au profit de son amant. Les hommes qui ont une maîtresse sont quant à eux plus prudents dans la relation extra-conjugale, ils ont moins tendance à quitter leur conjointe "officielle" que leurs homologues féminines.

Hommes et infidélité

Dans un sondage de l'Ifop en 2014, près d'un homme sur deux (tous types d'unions confondus) admettait avoir été infidèle au cours de sa vie. Ce ratio peut sembler incroyable mais il est clair que l'infidélité est en nette augmentation dans notre pays ainsi que chez nos voisins, il a même des sites dédiés à la rencontre extra-conjugales.

Côté masculin, on franchit le pas de l'adultère un peu plus tard que chez les dames, autour de 45/55 ans disent les chiffres. Un lien avec la fameuse crise de la quarantaine ? La catégorie socio-professionnelle est aussi un critère de différenciation, les hommes trompent leur compagne dans tous les milieux même si les CSP+ ont davantage tendance à se montrer infidèles alors que chez les femmes, plus on va vers des postes rémunérateurs et à responsabilités, plus il y a d'infidélité.

Les vieux clichés n'en demeurent pas moins tenaces puisque de nos jours, l'opinion publique tolère toujours moins la femme commettant un adultère que son analogue masculin. Un homme qui se montre infidèle ne sera pas stigmatisé comme une femme. Autre décalage, les hommes qui trompent le font plus souvent, ils ont en moyenne 3 fois plus de maîtresses qu'une femme infidèle n'a d'amants. Les relations extra-conjugales peuvent être classées par catégories, on distingue le "coup d'un soir" de l'aventure qui dure plus longtemps, elle-même étant différente d'une maîtresse régulière. Au sommet de cette pyramide, il y a la double-vie qui est plus repérable chez la gent masculine que féminine depuis toujours.

Infidélité et divorce

En moyenne dans notre pays, environ 300 divorces sont prononcés par jour. Quand on sait que l'infidélité est une des premières causes de rupture, on imagine combien de personnes découvrent chaque année avoir été trompée par leur partenaire amoureux.

Au premier rang des fautes arguées dans le cadre des procédures contentieuses, un adultère devra être prouvé par celui qui entend faire prononcer le divorce aux torts exclusifs de l'autre sur ce fondement. Seul un avocat spécialisé est en mesure de vous conseiller sur ce sujet délicat. Il est toujours préférable de s'informer rigoureusement auprès d'un professionnel avant de se mettre en quête d'une preuve de l'infidélité de son ou sa conjoint(e). Certains comportements pour obtenir des éléments de preuve ou certaines preuves elles-mêmes sont irrecevables et vous risqueriez d'aller aux devants d'ennuis supplémentaires en ne prenant pas les précautions qui s'imposent.

Inutile de vous ruiner en frais d'avocats pour obtenir des réponses, vous pouvez contacter autant de cabinets qu'il vous sera nécessaire ces 7 prochains mois pour 72€ ttc. Une dizaine d'euros par mois pour solliciter un avocat spécialiste chaque fois que vous en aurez besoin. Cliquez sur ce lien pour bénéficier de cette offre exclusive.

Quelle que soit votre situation, nous sommes sûrement en mesure de vous aider ou de vous aiguiller vers nos référents sélectionnés sur toute la France. Notaires, avocats, thérapeutes, médiateurs, professionnels de l'immobilier, du financement, du déménagement, nous ne cessons d'améliorer nos partenariats pour que vous puissiez vous libérer de ces contraintes administratives et logistiques.

Commencez par créer votre espace personnel en ligne, sur ce lien. Ensuite, contactez-nous et nous ferons un bilan gratuit de votre situation afin de vous guider sur les premières étapes.

Nous pensons que si elle est bien préparée, une séparation peut aussi être un nouveau départ. Aussi dur que cela puisse paraître au début, nous sommes toutes et tous capables de retrouver le chemin de l'épanouissement après une rupture. Plein de courage et prenez soin de vous !