La médiation pour apaiser sa séparation


La médiation pour apaiser son divorce ou sa séparation

Le recours à la médiation est de plus en plus fréquent dans le cadre d’une séparation qu’il s’agisse d’un divorce, d’une dissolution de pacs ou d’une rupture en union libre, surtout si le couple a des enfants.

En effet, cette période de transition est souvent génératrice de tensions et il est parfois difficile de trouver des accords cohérents tant le contexte est fragile et le dialogue compliqué.

Il existe différents types de médiation et il est essentiel d’identifier la problématique afin de trouver la médiation adaptée à votre situation et aux difficultés que vous rencontrez.

L’impasse dans laquelle vous vous trouvez peut concerner de nombreux sujets, certains professionnels seront plus appropriés que d’autres pour vous aider.

Votre désaccord a trait à la garde de vos enfants. 

L'un de vous souhaite une garde alternée alors que l'autre veut la garde exclusive avec droit de visite et d'hébergement, un week end sur deux et la moitié des vacances scolaires...

Vous n’êtes pas sur la même longueur d’ondes concernant la garde de vos enfants, c’est à dire la répartition du temps de chaque parent avec le ou les enfants du couple. Chacun de vous a ses propres arguments pour défendre sa vision de l’avenir mais vous ne parvenez pas à trouver un terrain d’entente et le débat se crispe.

Avant de sortir les gants de boxe et les grands mots, tentez de faire appel à une tierce personne qui comprendra les enjeux de votre situation et qui pourra vous guider pour trouver un juste milieu tout en préservant votre coparentalité. La médiation familiale autour du choix du mode de garde le plus adapté à votre situation est toujours plus efficace qu'une guerre ouverte entre cabinets d'avocats, essayer de privilégier la voie de la conciliation.

 

Quel professionnel solliciter pour engager une médiation familiale avant de se séparer ou de divorcer ?

– un thérapeute familial :

Ce praticien maîtrise parfaitement les outils qui vous permettront de faire évoluer votre cheminement. Un thérapeute saura se montrer de bon conseil et prioriser l’équilibre du ou des enfant(s) concerné(s). Il vous permettra de maintenir un dialogue serein et son intervention vous aidera à concilier vos souhaits respectifs.

Recourir aux services d'un thérapeute peut aussi offrir à vos enfants la possibilité de s’exprimer dans un lieu neutre avec un professionnel habilité. Il ne faut pas hésiter à inviter l’enfant à verbaliser ce qu’il ressent par rapport à votre séparation. En fonction de son âge et notamment autour de l’adolescence, il est important qu'il puisse donner son point de vue et ce n’est pas toujours un moment agréable…

Grâce au recours à un professionnel en thérapie, vous faciliterez les échanges entre vous et votre futur(e) ex-conjoint(e) mais aussi entre vous et votre ou vos enfant(s). Il suffit parfois d’une seule séance pour démêler les nœuds, désamorcer des conflits et prendre de bonnes décisions pour l’avenir.

– un médiateur familial

Le médiateur familial a pour mission de préserver le lien familial et d’encourager la communication entre les membres d’une même famille. C’est un professionnel impartial qui saura rester neutre, il n’a aucun pouvoir de décision. On conseille souvent de recourir à une médiation familiale pour favoriser un dialogue constructif qui reste préférable à un verdict dans le cadre d’une procédure judiciaire.

Il arrive que le recours à la médiation soit imposé par le juge aux affaires familiales en cours de procédure (divorce ou autre). C’est dire si cette profession est reconnue en ce qu’elle aide à dissoudre le conflit avant que le juge ne soit amené à trancher.

De plus, la médiation familiale est plus accessible financièrement puisque les tarifs sont encadrés, ils font l’objet d’un barème dépendant de vos ressources. Pour exemple, si vous gagnez entre 2000 et 2500€, la séance est plafonnée à 25€. Depuis 2003, il y a un diplôme d’État de médiateur familial, certains exercent ensuite en libéral et d’autres au sein d’associations. Il y a deux associations nationales ;

 

Votre désaccord a trait au partage de votre patrimoine, à la fixation d’un montant de pension alimentaire ou de prestation compensatoire

partage des biens divorceIl est très fréquent que l’étape du partage des biens communs du couple pose de grosses difficultés et fasse ressurgir des rancœurs profondes. Au moment de se séparer, il n’est pas rare que chacun souhaite conserver un maximum de biens et/ou équipements qui appartenait au ménage et ce moment est générateur de disputes, parfois très vives.

Le désaccord peut aussi concerner la fixation du montant de la pension alimentaire qui sera due par l’un des conjoints à l’autre en fonction de leurs ressources, des besoins identifiés et du mode de garde choisi. Il en va de même pour l’éventuelle prestation compensatoire dans le cadre d’un divorce, ce sujet est souvent source de mésententes et de controverses. Le calcul d’une prestation compensatoire est compliqué, il nécessite une vraie maîtrise du sujet.

Plutôt que d’aller au front, il est vivement conseillé de faire appel à un tiers spécialiste de ce type de problématiques afin qu'il aide à trouver des accords acceptables par chacun.

Quel professionnel solliciter pour partager ses biens de manière équitable au moment de la séparation ou du divorce ?

Un notaire

Si votre désaccord concerne un immeuble (votre résidence principale, un appartement en défiscalisation, une maison de vacances…), le notaire est l’interlocuteur idéal pour vous apporter un expertise chiffrée et équitable. Dans le cadre d'un mariage, il va formaliser ce qu'on appelle une dissolution de votre régime matrimonial.

En effet, le notaire est un officier d’état civil assermenté qui, s’il est sollicité par le couple, fera preuve d’une totale impartialité et ne défendra pas plus les intérêts de l’un que ceux de l’autre.

Dans le cadre d’un divorce, s’il y a un bien immobilier commun, le notaire devra intervenir quel que soit le cas de figure (mise en vente dudit bien, rachat des parts par l’un des conjoints à l’autre, indivision…). Il est préférable de faire appel à lui au plus tôt dans le but d’éviter les tensions. Son expertise vous permettra de savoir rapidement quels sont les différents scénarios qui s’offrent à vous pour dissoudre votre patrimoine commun (et vos dettes).

Ainsi, recourir aux conseils avisés d’un notaire vous épargnera bien des déboires puisque chacun de vous aura le même degré d’information dès le départ et vous pourrez ainsi prendre des décisions éclairées.

Dans le cadre d’une éventuelle prestation compensatoire, le notaire est au fait de tous les modes de calcul de son montant. Chiffrer une prestation compensatoire est en effet très compliqué et cela nécessite de comprendre les contours de la situation des clients concernés. Il est indispensable que vous vous sentiez en confiance avec le spécialiste sollicité et c’est pourquoi, il est parfois préférable de faire appel à un notaire qui n’est ni le vôtre, ni celui de votre conjoint.

 

Un avocat médiateur

avocat mediateur Certains avocats ont une spécialisation en médiation, c’est à dire qu’ils se sont formés aux techniques de médiation pour apporter un service supplémentaire à leur clientèle dans le cadre d’un différend.

L’avocat médiateur peut s’avérer être d’un grand secours pour vous aider à avancer avec votre ex-conjoint(e) sur les contours de la répartition de vos biens communs. En plus de vous garantir, de par sa profession, le respect d’une stricte déontologie (secret professionnel, responsabilité, sécurité juridique…), un avocat médiateur a suivi 200h de formation (pratique et théorique) ou 4 ans de pratique en médiation.

Quel que soit le blocage, il est préférable de faire appel à un professionnel de la médiation avant de confier la négociation d’un accord à vos avocats respectifs. Si vous êtes capables de trouver un terrain d’entente en amont, ce sera non seulement plus rapide mais aussi bien moins coûteux et stressant. Avec ce professionnel, vous pourrez formaliser vos accords dans un protocole équilibré qui répond aux exigences de légalité. Bien entendu, cette prestation aura un coût qui peut sensiblement changer d’un avocat à l’autre et qui pourrait faire l’objet d’une convention d’honoraires dès le départ.

 

mediation divorce choisissez la paixL’essentiel à retenir est qu’il est largement conseillé de recourir à la médiation que de se lancer dans une procédure judiciaire longue, onéreuse et énergivore pour tout le monde.

Un accord, même s’il est compliqué à obtenir, sera toujours mieux vécu qu’un jugement qui va trancher dans le vif et dont personne ne ressortira grandi ou vainqueur.

Quand on regarde ce qui se fait à l’étranger en pareil contexte, on se rend rapidement compte que la France est très en retard dans le traitement extra-judiciaire des dossiers liés à la séparation. Au Canada, aux Pays Bas ou même tout près de nous, en Belgique, la médiation est prisée, prescrite, approuvée par l'opinion publique. La médiation offre en effet des outils concrets permettant aux particuliers de s’épargner le recours au juge.

Encourager la médiation reste la meilleure manière de nous épargner les déboires d’une séparation conflictuelle. Les couples qui ont le courage de faire appel à une aide extérieure pour franchir certaines étapes plus compliquées que d'autres au cours de leur séparation sont ceux qui parviendront à maintenir une relation équilibrée pour la suite. Nous savons tous à quel point les tensions peuvent empêcher une communication constructive et c'est exactement la démarche de la médiation que d'apaiser les échanges entre les conjoints qui se séparent.

Si vous souhaitez être assisté, n’hésitez pas à solliciter notre agence.